Roman contemporain

Un secret halo de rose de Léonnic Asurgi

 

Je remercie l’auteur pour ce service-presse !

« Léonnic Asurgi est un auteur français.
Baladin de l’info en faux-bas blindés, Léonnic a surgi hors de la nuit.
Auteur de « Moul€ Fric » (2007) et « Si tu annules tout je reviens » (2009) »

Si vous souhaitez faire un tour sur les blogs de l’auteur et celui de la maison d’édition (très particulière dans son concept), c’est par ici :

Ronan est agent immobilier le jour, peu passionné par son métier, et écrivain amateur la nuit, aux rêves grandiloquents, nourrissant des fantasmes de succès et de gloire. Il a une foi indiscutable en son talent, malgré les échecs qui se succèdent auprès du monde éditorial. Mais il refuse d’abandonner, s’obstinant à écrire. Jusqu’au soir où son meilleur ami, Tristan, décède dans un terrible accident de voiture. Depuis, Ronan peine à faire son deuil, se mettant à tout remettre en question. Harcelé, aidé d’une curieuse manière aussi, il ne se doutait pas que cela l’entrainerait dans une aventure atypique, susceptible de déboucher sur une éclatante vérité.

Un secret halo de rose est un roman assez court, mais non moins dense. Il faut avouer que l’écriture participe à notre lecture lente, vouée à décortiquer chaque mot, chaque terme, chaque syntaxe, travaillés par l’auteur. L’on peut penser que c’est indigeste, mais en réalité, nous pouvons plutôt nous pencher sur la subtilité qui se cache dans l’intrigue elle-même. Il suffit de prêter attention aux petits détails, notamment lorsque les refus qu’essuie Ronan sont expliqués. Nous n’irons pas en révéler la teneur, en revanche, ils donneront un indice sur le petit jeu et/ou défi que s’est lancé l’auteur (si tel est bien le cas). À partir de l’instant où l’on accepte de mettre un pied dans cette danse menée d’une bonne main, l’on peut finir par se familiariser avec cette « lourdeur » narrative. C’est un parti pris qui semble tout à fait conscient. Le lecteur doit lâcher prise et se dire « Allez, pourquoi pas ? » En outre, un effet miroir avec les manies de Ronan, ses tocs d’écriture. Pourrions-nous parler d’autodérision ?

Le texte est parsemé de jeux de mots plutôt amusants, créant une gymnastique de l’esprit sans que nous en ayons bien conscience. Vous pourriez parfois être surpris de vous arrêter en pleine lecture pour réfléchir au sens, l’intérêt ou à la pertinence. Une petite risette soulèvera le coin de vos lèvres ou une petite moue d’incompréhension, de scepticisme. C’est un des points agréables de ce petit roman : celui de diviser les avis, mais d’unifier le tout dans cette quête de réflexion tant sur le plan littéraire que sociétal.

Oui, en plus de l’aventure de Ronan, on peut parfois avoir l’impression de plonger dans une partie de Cluedo, en quête du moindre indice, du moindre jeu de mots qui en dirait trop.

Le roman se divise en quatre parties. Certains sont d’un point de vue externe, d’autres interne. Là encore, une subtilité que nous vous invitons à découvrir ! Encore une preuve que Léonnic Asurgi a tout de même réfléchit à sa trame narrative avec le plus grand soin.

Ronan est un protagoniste ambigu, très particulier. Difficile de savoir si nous l’apprécions ou non. Certaines de ses actions et/ou introspections peuvent nous pousser dans nos retranchements ou dans nos interrogations. Mais à quoi joue-t-il ? Qui est-il ? Pourquoi ? Où ? Comment ? C’est un héros avec un grand « ? » qui se balade et que nous suivons avec beaucoup de curiosité, attentifs à la chute finale.

Nous rencontrons aussi Goulien, un psychiatre farfelu qui, lui aussi, nous tiraille d’une appréciation à l’autre. En réalité, nous sommes très loin d’un traitement manichéiste des personnages. Nous en sommes même bien loin de sa conception, même si c’est, par exemple, l’un des points sur lequel Ronan se questionne. Nous avons en plus le père de Tristan qui gravite autour du protagoniste principal, assez perturbant, dérangeant… mais que l’on peut comprendre à la fois à défaut de pleinement l’apprécier.

Vous l’aurez compris, ce roman est plutôt original, avec ce côté presque parfois burlesque constitué de tous ces personnages, cette trame qui nous surprend d’une page à l’autre, ces longues et interminables introspections qui partent dans tous les sens… Nous en venons à nous demander si tout cela est bien réel dans la vie de Ronan au vu nombre de fois où nous en restons cois, lisant encore et encore le paragraphe précédent pour être certains d’avoir bien compris, si Ronan est bien en train de penser, rêver ou halluciner. Une nouvelle particularité ? Oui, c’est fort probable. Un second jeu en plus d’une petite enquête, de cette reconstruction de soi, des retrouvailles avec l’être-soi, de ces évasions, remises en question, etc.

C’est fou comme un simple rond-point (#ViveChante-pie), un phare, une recherche Google […] peuvent en réalité déboucher sur des réflexions frôlant la matière philosophique ! Même si la plupart sont tournés avec dérision et humour, nous finissons tout de même par nous y arrêter.

Et que dire de la chute finale ? Pour les plus attentifs, vous percerez à jour l’issue plus vite que vous ne pourriez l’espérer… quant à ceux qui le sont moins, quelle surprise !

Un secret halo de rose est un roman fort sympathique, évoluant en Bretagne d’une ville à une autre, d’un coin à un autre, qu’il faut prendre le temps d’analyser avec beaucoup de concentration au vu de cette gymnastique constante que cette lecture exige. Sauf si — ce qui est tout à fait possible aussi — vous souhaitez l’aborder avec beaucoup de légèreté. Il est tout à fait vraisemblable — du moins, nous le croyons —, que deux types de lecture soient envisagées. Tout dépend de votre état d’esprit !

Surtout, il faut accepter de jouer le jeu.

Iriez-vous en Bretagne rencontrer cet hurluberlu de Ronan afin de faire votre propre avis ?

Et « sinon, à part ça, rien à signaler. Jusqu’ici, tout va bien » !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.