Romance

T.2 The Fire de Brittainy C. Cherry – SAGA

 

 

 

 

 

The Fire est le second tome de la saga The Elements de Brittainy C. Cherry. Il n’y a pas besoin d’avoir lu le premier pour découvrir celui-ci, chaque histoire n’ayant pas de rapport avec une autre.

C’est toujours un roman d’amour. Un amour entre Logan, un homme complètement perdu, aux parents loin d’être des parangons de vertu, et au caractère instable. Alyssa, jeune femme issue d’un milieu bien plus aisée, mais à la famille tout aussi compliquée. Ces deux contraires se rencontrent et se complètent, devenant les meilleurs amis du monde. Mais les sentiments évoluent, l’amour frappe à la porte – ou bien était-il là depuis le début – et chamboule leur vie et leur relation « parfaite. » A peine sorti de l’adolescence, Logan se shoote dès qu’il en ressent le besoin pour fuir sa réalité ; une réalité où sa mère est une camée qui le déteste et où son père les bat quand il s’ennuie. Alyssa, abandonnée par un père pourtant un modèle à ses yeux, rêve à dix-huit de pianiste malgré un obstacle de taille : sa propre mère acariâtre, froide, détestable. Tout aurait pu bien se passer, « High » et « Lo » s’en sortirent en se raccrochant à leur amour adulescent. Sauf qu’il y a eu un shoot de trop. Un accident. Et tout bascule.

The Fire est un éternel « je t’aime, moi non plus » où les protagonistes ne savent décidément pas ce qu’ils veulent. Plusieurs pages sont des discours dégoulinant de romance et de belles paroles, d’autres se basent sur des introspections alambiquées conduisant à la conclusion qu’ils ne peuvent pas être ensemble. Mais l’un comme pour l’autre, c’est un peu tiré par les cheveux. Certes, il y a une histoire de drogue, d’addiction (qui fait écho à la relation entre eux), mais à vouloir faire trop dramatique, ça ne « match» pas. Pour les moins patients, ou fleur bleue, on peut se surprendre à sauter des passages, pris l’étrange impression de déjà-vu quinze pages avant. L’on peut reconnaître la volonté de l’autrice à créer le lien entre le problème de Logan, la drogue, et son refuge pour lutter contre, Alyssa. Encore une fois, c’est trop à l’excès au point qu’au bout de 200 pages, ce n’en est plus crédible.

A vrai dire, Logan est le héros principal de ce roman. Alyssa finit très vite au second plan. C’est un parti pris qui aurait pu être très intéressant : on est fixé sur les difficultés du protagoniste masculin, ses dilemmes et combats intérieurs… Peut-être est-ce ce qui peut redresser un peu la barre. Cette psychologie décortiquée dans ses moindres recoins.

Tous les personnages servent l’intrigue, notamment Erika, la sœur d’Alyssa et Kellan, le demi-frère de Logan, en couple tous les deux. L’intention n’est pas de spoiler, aussi rien ne sera dit concernant leur aventure. Néanmoins, il se pourrait qu’une partie du lectorat soit bien plus touché, intéressé par leur histoire plutôt qu’à celle d’Aly’ et Logan.

Quant aux protagonistes voués à être détestés, c’est une réussite en soi. Comme le premier tome, l’on repère très vite les bons et les mauvais. Le manichéisme est bien là : blanc et noir. Tout comme le premier encore, c’est l’héroïne, Alyssa, qui représente le bien et la constance. La « lumière » tandis que Logan est son exact opposé. C’est un choix délibéré de l’autrice, on suppose, ne serait-ce par leurs surnoms respectifs : High, pour Alyssa, et Lo (low) pour Logan.

Concernant l’écriture, l’on peut la trouver moins bonne que pour The Air ou peut-être est-ce cet effet de redondance dans les introspections qui finit par lasser et s’interroger sur la véritable recherche de vocabulaire. Difficile de retrouver cette même « justesse » au moment clé, même dans la simplicité.

Quant à l’érotisme, il est bien moins présent. Les ébats entre les deux héros ne sont pas du tout vulgaires ni écœurants. À peine décrit pour certains. Ainsi, sans doute cet opus peut-il s’adresser à un public plus large, dont une partie n’est pas friande de l’érotisme décrit.

Ce tome peut décevoir après la petite réussite qu’est le premier. À voir si le troisième volet saura rééquilibrer le tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *