Dystopie, Romance

T.2 Étrangers de Cara Solak

Je remercie les éditions Plumes du Web pour ce service-presse !



Après la lecture du premier tome d’Étrangers de Cara Solak, la stupéfaction était à son comble. Le final très étonnant laisse place à une grande frustration : celle de vouloir absolument connaître la suite, tout en obtenant des explications indispensables à notre compréhension.

Mais le second tome est là, et met un terme à cette duologie avec son lot d’actions, de twists, et de romance.

Attention à ne pas lire la suite si vous ne connaissez pas le premier opus !



La donne a changé : Lilas a vu son monde exploser, ses repères ont volé en éclats, et elle se retrouve plus perdue que jamais. En quête de vérité, elle est déterminée à découvrir les clés de son passé, quitte à se battre et tout sacrifier. Pour cela, elle doit trouver des alliés et déterminer à qui elle peut réellement faire confiance. Mais dans ce monde de faux-semblants, elle a du mal à discerner la vérité des mensonges dans lesquels elle a baigné toute sa vie. Doit-elle se fier aux sentiments qui la poussent irrémédiablement vers Adrien, plus secret et ambivalent que jamais ? Cette course contre la montre leur apportera-t-elle ce que le groupe a tant cherché : la liberté ?



Tout n’était qu’une illusion. Ou, tout du moins, rien n’était ce que nous avons cru et, en cela, Cara Solak a très bien géré ses fils de marionnettiste. Maintenant qu’une partie de la vérité a éclaté au grand jour, ce sont de nombreux défis qui attendent Lilas et Adrien.

Surtout pour l’héroïne qui repart avec un handicap déconcertant : une mémoire défaillante. En plus d’avoir à gérer des révélations bouleversantes, elle doit composer avec des souvenirs fragmentés qui ne font que la perdre davantage.

Qu’est-ce qui est vrai ? Qu’est-ce qui ne l’est pas ? Qui croire et en qui avoir confiance ?

Et surtout, qui est-elle ?

Puisque nous découvrons à la fin du premier tome qu’il est question de multiunivers, comment faire la part des choses entre les différentes Lilas, dont celle avec qui elle a le plus vécu, à Valéria ?

Et Adrien se montre-t-il aussi honnête qu’il veut bien le faire croire ?

Nous repartons avec les mêmes protagonistes, mais c’est comme si nous étions renversés avec eux dans une autre intrigue, un autre monde. Un autre univers. Bousculés autant que Lilas, nous devons vite et bien comprendre tous ces enjeux qui finalement, planaient au-dessus de la jeune femme depuis la première page.

L’univers du roman est donc une toile tissée d’autres, mais il sera compliqué pour nous de développer ce point sans dévoiler une grande majorité des révélations et explications du second tome.

Lilas connaît naturellement un grand changement, issu d’une évolution débutée à Valéria. Cette jeune femme focalisée sur sa propre survie, sur sa volonté de rester terrée pourvu qu’elle n’ait pas d’ennuis s’est déjà transformée au cours de notre lecture du T1. Dans cette suite, nous assistons aux conséquences de cette métamorphose sur elle. Ce n’est pas radical et déconcertant, étant donné toute la première mise en place. Il est alors plaisant d’être aux côtés d’une Lilas plus forte, téméraire, et désireuse de « changer le monde », même si cela peut la conduire à malmener ses propres sentiments. Cette évolution n’est pas uniquement remarquée par le lecteur ; elle pourrait bien aussi semer le doute en Lilas, la conduisant à une remise en question parfois douloureuse.

Adrien a son évolution aussi, mais elle est peut-être moins flagrante que Lilas. Lui a toute sa mémoire, et cela le conduit à de nombreuses introspections torturées. Difficile de ne pas l’apprécier, même s’il a ses torts. Il reste attachant, protecteur, soucieux de la sécurité de Lilas. Il a les pieds beaucoup plus ancrés dans sa « réalité » et lui sert de guide.

Nous retrouvons d’autres personnages secondaires, comme Nora, Luke… et d’autres que nous maintenons sous silence. Tout comme les héros, nous devons nous adapter à ces anciennes-nouvelles rencontres.

Comme évoqué précédemment, l’intrigue est un nid d’actions, de twists, d’émotions et de sensualité. L’ennemi ciblé dans le premier tome n’est plus celui qu’il était ; il paraît bien plus coriace encore, ses griffes s’étant plantées très tôt… bien plus tôt que l’on peut le croire. Les réponses arrivent, notamment à travers cette mémoire défaillante de Lilas.

La plume de l’autrice est toujours efficace et va droit à l’essentiel. Il lui arrive aussi de s’envoler avec élégance lorsqu’elle s’attarde sur les introspections, sur les sentiments des protagonistes. Elle décortique à sa manière les ressentis.

Le rythme n’est pas soutenu : il connaît des phrases hautes d’adrénaline, puis se tempère : pause autant pour les personnages que pour les lecteurs. On reprend son souffle avant de partir, dans les combats psychologiques, émotionnels ou armés.

Entre présent et passé, les chapitres défilent à vive allure ; la lecture est fluide, prenante et les conflits ainsi que les enjeux sont bien menés. Ils nous poussent à continuer, tourner les pages dans l’attente de découvrir le grand final. Et même si c’est là le dernier tome de cette histoire, il réserve son lot de surprises.

Cara Solak nous embarque aux côtés de Lilas et d’Adrien pour le dernier sprint final, en étant capable de créer un (des) univers entier, un lore abouti en seulement deux opus. Une dysotpie accessible, énergique et efficace dans ce qu’elle transmet.

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.