Fantastique, Romance

T.1 Les Cœurs Pourpres : Mordue de Séverine R.

Je remercie Heartless Éditions pour ce service-presse et leur confiance !


« Je m’appelle Séverine Romanet. Bien que titulaire d’un Bac +4 dans le domaine scientifique, l’écriture est une passion présente dans ma vie depuis plusieurs années. J’aime tout ce qui se rapporte au fantastique et aux êtres surnaturels. Grande fan de Buffy, c’est naturellement que mon esprit imaginatif s’est tourné vers les vampires. Aujourd’hui, je vis dans une ville aux alentours de Grenoble avec mon mari et mes deux garçons. »

Biographie trouvée sur le site officiel de l’autrice.

 

D’abord en autoédition, Les Cœurs Pourpres signe chez la toute nouvelle maison d’édition Heartless. Il est d’ailleurs le tout premier roman à paraître, ouvrant la collection bit-lit au public. Une remise en beauté offre une toute nouvelle couverture, un joli travail en somme, qui attire l’œil et titille la curiosité.

 

 

Angie, jeune étudiante réservée, voire introvertie et mal dans sa peau, accepte de suivre son groupe d’amis lors d’un week-end d’intégration. Souhaitant profiter de cette occasion pour mettre un coup de pied à ses complexes et ses appréhensions, elle ne pouvait néanmoins pas prévoir de tomber sur un vampire, un membre de cette sombre communauté dont l’Homme n’ignore pas l’existence et avec qui il tente tant bien que mal de maintenir une paix bancale. Alors mordue, la jeune femme ne s’attend pas à ce que sa vie prenne un tel tournant. Tout s’effondre autour d’elle, obligée de servir son nouveau maître. Dans les ténèbres que devient son quotidien, le frère de son geôlier semble prêt à la protéger. Sujette à des émotions et des sentiments contraires, Angie est décidée à sortir de cet Enfer… ou pas.

 

Séverine R. nous plonge dans un univers d’urban-fantasy, avec pour genre : la bit-lit. Aucun doute à avoir là-dessus, le vampire est à l’honneur. Notons toutefois que l’histoire se déroule en France, ce qui est plutôt rare dans les romans abordant une telle thématique. Nous n’avons pas de nom de ville bien défini, hormis quelques détails dont une cité urbaine à une heure et demie des montagnes faisant penser aux Alpes. Pas de grand Paris, mais une ville en apparence sans histoires.

L’univers que nous présente l’autrice tient sur un fil très fin : celui de la paix entre Vampires et Humains. Après une longue guerre inégale, l’Homme a réussi à négocier l’exil de leurs ennemis dans les souterrains contre certaines contreparties. Les Vampires sont majoritairement détestés ; grand bien leur fasse, ils restent dans l’ombre. Cette politique paraît bien plus complexe et injuste qu’au premier abord. Il se pourrait d’ailleurs qu’Angie en paie les frais à son insu. Mais cela, nous vous laissons le découvrir.

Si les créatures de la nuit — démoniaques — s’avancent sur le devant de la scène, le monde reste original en reprenant d’autres thèmes/sujets de l’Urban Fantasy pour mieux les confronter. Toutefois, nous ne les nommerons pas ici, étant donné que certains constituent quelques twists majeurs dans le premier opus. Si vous êtes très curieux, nous sommes sûrs que vous savez ce qu’il vous reste à faire !

Angie est une jeune femme réservée, dissimulant un fort caractère et une curiosité que certains pourraient qualifier de maladive. Ayant toujours ses deux parents, restaurateurs de spécialités fromagères, elle a vécu dans une famille tout à fait commune. Le seul bémol est son enfance ainsi que son adolescence : un passé complexé qui la taraude encore et qui lui donne très peu confiance en elle. Angie a besoin de réponses et ne supporte pas l’autorité, surtout celle d’un Vampire. Quand bien même sera-t-elle prévenue d’un risque de mort si elle part en quête d’une solution ou se rend dans un endroit dont on lui interdit l’accès, elle n’en fera qu’à sa tête. Elle flirte entre le courage et l’inconscience, ce qui la conduit bien souvent dans des situations délicates, voire très dangereuses. Peut-on aussi évoquer une grande naïveté ? Elle navigue entre divers ressentis, la poussant à faire des choix souvent opposés d’un chapitre à l’autre. À vrai dire, il est difficile de savoir à l’avance quel sera son prochain mouvement : elle est quelque peu imprévisible et peu catégorique dans ses décisions. C’est un personnage principal qui peut attiser deux sentiments bien distincts en fonction du lectorat : soit on l’apprécie, soit on la déteste. À vous de voir où vous vous situez si vous vous laissez tenter par votre lecture.

Le personnage de Laurent est un peu plus précis. Figure importante du monde vampirique, il est à l’image de ce que l’on redoute dans la culture populaire. Froid, distant, implacable et parfois cruel. Le lecteur peut très vite comprendre à quoi s’en tenir avec ce protagoniste, sans réelles surprises. Il se pourrait néanmoins qu’il soit bien plus ambigu qu’on le pense, flirtant avec une frontière très fine, à peine effleurée dans le premier tome des Cœurs Pourpres. À voir ce que l’autrice lui réserve par la suite et si elle le détache du principe manichéiste pour jouer sur les nuances.

Alban, troisième personnage, est l’archétype du « gentil » vampire à quelques détails près. Mais pour garder un peu de mystères, nous ne dirons rien de plus à son sujet. Sachez en revanche qu’il est un héros important dans le récit, voire indispensable dans l’évolution d’Angie.

Dans cette bit-lit/urban-fantasy, nous avons un triangle amoureux qui se profile très vite. Il est, à notre sens, important que vous appréciiez ces schémas scénaristiques pour mieux en savourer le récit. Ce trio est assumé du début à la fin, c’est même pratiquement au cœur de l’intrigue. Si vous choisissez de lire Les Cœurs Pourpres, vous choisissez une romance-triangle amoureux.

La plume de Séverine R. est quelque peu particulière. Elle est susceptible de donner à quelques-uns l’impression de ne pas suivre le principe du Show, don’t tell. Cette « pratique » n’est pas une règle en elle-même, libre à chaque auteur de la respecter ou non. De fait, on peut avoir la sensation que les actions s’enchainent très vite ainsi que l’évolution des protagonistes. Les introspections ne sont pas les maîtres d’ordre ; la lecture est donc plutôt rapide et nous sommes notamment plongés très, très vite dans le « bain », dès l’ouverture du premier chapitre. Certains apprécieront que l’on ne tergiverse pas bien longtemps sur une scène ou une pensée, d’autres le regretteront peut-être, préférant s’attarder sur une psychologie très complexe afin de mieux comprendre les choix d’Angie (puisque cette dernière est la narratrice principale.) Beaucoup de dialogues passent ainsi dans la narration plutôt que dans un échange concret entre deux personnages, ce qui peut participer aussi à une impression de rythme rapide et continu. Cela nous invite, entre autres, à ne rien omettre dans notre lecture, à ne pas sauter un seul passage au risque de manquer un échange important ou une information du même acabit.

 

Les descriptions ne font pas trois pages. Elles sont concises tout en restant efficaces pour nous permettre d’assimiler, visualiser l’essentiel.

Le vocabulaire ainsi que le verbe sont majoritairement soutenus. L’écriture reste donc d’un niveau sympathique, ne nous plongeant pas dans la simplicité crue qui peut faire défaut dans certains ouvrages contemporains.

La romance s’accompagne d’une légère sensualité, rien d’outrageant ou du domaine de l’érotisme (nous en sommes même assez loin.) L’autrice s’amuse malgré tout avec nous, en mettant en scène ses trois personnages où l’amour, l’attirance, le doute et le désir sont à l’honneur. L’attraction des vampires fait son office.

Le premier tome, Mordue, de la saga Les Cœurs Pourpres est une urban-fantasy qui peut se révéler efficace et parler aux adeptes du genre. Si vous appréciez un univers sombre, dérangeant, les triangles amoureux, les vampires et une héroïne qui vous agacera autant qu’elle sera susceptible de vous plaire, il est fort probable que cet opus soit à votre goût.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.