Historique

Le Rocher d’Elisa Sebbel

 

Tout d’abord, un grand merci à l’autrice pour ce service-presse et pour sa confiance !


Docteur en Littérature Française, Elisa Sebbel donne des cours dans une université espagnole et fait de la recherche. Passionnée par l’histoire, elle s’intéresse particulièrement au XIXe siècle et à l’Empire. Elle a publié de nombreux articles académiques de littérature et participé à de nombreux congrès et colloques. Avec ce premier roman, elle se lance dans l’écriture littéraire.
Voici sa page Facebook d’auteur, si vous souhaitez la découvrir: ici.Quelques mots de l’autrice :
« Il s’agit d’une touchante histoire d’amour dans un cadre historique totalement méconnu du public et oublié de la mémoire collective, un des premiers camps de concentration en Europe au début du XIXe siècle. De 1809 à 1814, quelque 110000 soldats de l’armée napoléonienne furent emprisonnés sur l’île déserte de Cabréra sans rien, sans eau et avec de très maigres rations. Environ 3500 furent libérés en 1814. Des chiffres qui font froid dans le dos. Parmi ces soldats, il y avait une poignée de femmes. À la suite de mes recherches historiques (j’ai fait partie d’un groupe de recherche qui s’est penché sur le sujet pour l’exposition du bicentenaire en 2008 et j’ai publié un article historique sur le sort des femmes à Cabréra dans le livre qui a suivi l’exposition), j’ai décidé d’écrire à la manière d’une des dizaines de mémoires des survivants (officiers pour la plupart ou fugitifs) que j’ai pu lire, les souvenirs d’une cantinière, Angélique, jeune veuve de 18 ans. Vous allez vivre avec elle l’horreur de la captivité, mais aussi pleins de petits instants de bonheur, des moments exceptionnels d’amitié et un amour passionnel qui redonne envie de vivre et une raison de continuer. Les personnages, leur histoire personnelle et l’histoire d’amour sont totalement inventées. Mais les faits, les évènements respectent avec rigueur la vérité historique. Leroman ne parle que de la première année de l’internement. Un second roman est en cours d’écriture. »

Elisa Sebbel nous offre un récit poignant, criant de vérité basée sur des faits historiques avérés, capable de chambouler, de faire pleurer et sourire. L’angoisse est au rendez-vous autant que l’appréciation de petites scènes simples, mais synonymes de tant d’allégresse pour ses personnages.

Avant toute chose, avant même votre lecture, je (oui « je ») vous conseille de jeter un œil à la bibliographie et galerie disponible à la fin de l’ouvrage. J’ai regretté de ne pas l’avoir fait avant, malgré les guidances d’Elisa dans son prologue. Cela m’aurait permis une meilleure immersion et des supports à mon imaginaire, sans compter que c’est une grande richesse. Quittons à présent le « je » …

Elisa Sebbel parvient à dépeindre la vie après l’arrivée de tous ces soldats, marins, officiers et vivandières sur cette île de Cabréra avec une dureté curieusement tendre. C’est là tout le talent que l’on peut souligner : une qualité d’écriture indéniable au service d’une poésie relatant des conditions inhumaines, intolérables à nos jours – et pourtant encore si vraies, quelque part dans ce monde – avec finesse, passion, investissement. L’éloquence littéraire est si agréable, si accessible à la fois si soignée et soutenue ! Cette poésie dans les mots correspond bien au caractère d’Angélique qui tente de se raccrocher au moindre bonheur, au moindre rayon de lumière à travers un ciel obscurci.

Son travail de recherches est digne de respect, sans compter que l’autrice réussit à nous inculquer de l’Histoire, des anecdotes, des mœurs avec une pédagogie au récit romancé avec classe. Peu de longueurs, jamais une page sans intérêt. Tout y est.

Quant aux personnages, ils sont humains dans leur déshumanisation.

C’est bouleversant, aidé par les backgrounds travaillés que leur confère Elisa. Aucun de ceux qui sont mis en avant ne sont laissé pour compte, et ont chacun leur propre passif et devenir, caractère, profondeur. Il est possible de s’identifier à au moins un protagoniste.

Elisa ne nous présente pas non plus une simple narration traitant de l’internement sur Cabréra. Elle soulève des interrogations, des morales (ou des immoralités) sur lesquelles nous pouvons nous poser et réfléchir. Qu’aurions-nous fait, nous ? Aurions-nous abandonné ? Nous serions-nous raccrochés à la vie ? Dans cette situation-là, quelle aurait été mon alternative ?
Si nous commettons un tel acte, sommes-nous bons… ou mauvais ?
Pouvons-nous parler de manichéisme lorsqu’il est question de survie ?

À côté de cela, madame Sebbel met en lumière la condition féminine à cette époque, exacerbée par le mode de vie sur ce fameux rocher. Des situations qui nous soulèvent le cœur, contractent l’estomac, nous fait grimacer… et d’autres qui nous rassurent, nous font soupirer de soulagement.

Difficile de ne pas verser une petite larmichette à défaut de sangloter à la lecture de certains passages. Les émotions sont vivaces, limpides.

En réalité, Elisa Sebbel a réussi un coup de maître : son roman n’est pas un témoignage ou une fiction basée sur des faits historiques, un pan de notre Histoire oublié. C’est l’Humain que l’on découvre au travers de ses pages.
Et ça, c’est beau.

Tout est bien dosé, pas de pathos inutile. La romance ne prend pas le pas sur le reste et est agréable, loin d’être niaiseuse. Les relations et explications un peu plus poussées, narration romancée, sont équilibrées.

Elisa Sebbel est une orfèvre. Ce livre est un somptueux bijou avec pour écrin une superbe écriture.

Bravo pour toutes ces recherches. Ce travail faramineux.
Bravo pour cette scénarisation au service de l’Histoire sans la dénaturer.
Bravo à l’autrice.

Premier coup de Cœur de l’année 2018

 


Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.