Erotique

La Porte des Sens de Robine Valdoste

Je remercie ces deux co-autrices pour ce service-presse et leur confiance !


« Deux amies ayant chacune le souhait de se mettre à l’écriture, ont eu l’idée de raconter ensemble une histoire érotique dont l’intrigue principale se déroule sur le Bassin d’Arcachon, lieu de leur résidence. »

Petite biographie trouvée sur Librinova

 

La porte des sens est un roman écrit par deux autrices, d’un genre érotique assez soft d’un certain point de vue, autoédité par le biais de la plateforme Librinova — pour la chronique, nous utiliserons le singulier !

Sarah a trente-cinq ans, propriétaire d’un très bel appartement parisien, gérante de son propre salon de coiffure… en soi, elle parait une femme ayant accompli ce qu’elle désirait. Derrière ses apparences de femme-adolescente, derrière ses jeans et ses hauts trop amples, se dissimule en réalité une femme en mal d’amour. Trente-cinq années de vie et, selon son propre qualificatif, « seulement » six relations vouées à l’échec ou à l’éphémère. Sarah le vit mal ; elle vit mal cette vie fade et routinière, plongée dans la solitude à peine dérangée par sa voisine de palier intrusive ou ce séduisant voisin venant tout juste de s’installer dans son immeuble. Sur un coup de tête, elle décide de s’accorder du temps. Du temps pour elle, pour se retrouver, mais aussi se découvrir. Elle réserve un séjour pour célibataire dans un SPA sur le bassin d’Arcachon : le plaisir des sens.

C’est une lecture très aisée et fluide, tout à fait appropriée pour l’été, notamment en raison du contexte dans lequel se passe la première partie du récit : vacances, espace bien-être, plage, piscine… En revanche, il est tout à fait agréable aussi de lire ce roman en hiver pour se réchauffer un peu, pour déjà imaginer la période estivale prochaine ou se remémorer les bons souvenirs.

La narration est à la troisième personne ; choix assez curieux pour le genre, mais qui ne dérange pas pour ceux qui en sont familiers. Le rythme est lui aussi étonnant : Robine Valdoste décide d’aller droit au but, s’attardant peu sur l’introspection de son personnage, enchainant les situations, évènements, scènes sans pour autant dénigrer le sens du détail. Le rythme s’apaise lorsqu’il est question des descriptions de panorama, de lieux touristiques, d’un bâtiment arcachonnais ou du train de vie quotidien de Sarah. Prenez donc garde à ne pas sauter un paragraphe au risque de manquer une action importante !

En évoquant les descriptions, difficile de ne pas féliciter Robine Valdoste pour ainsi nous faire voyager sans bouger de notre canapé et nous donner envie de nous aventurer dans le Bassin d’Arcachon. Si c’est bien son lieu de résidence, sans doute serez-vous convaincus par l’authenticité qui se dégage des lieux décrits, des balades de Sarah ou encore des activités touristiques à y faire. Un petit parfum de monoï et d’air iodé titille nos narines au cours de notre lecture. Nous ne les nommerons pas précisément pour vous laisser le plaisir de la découverte — n’hésitez néanmoins pas, si vous vous lancez dans la lecture, à jeter un œil sur internet pour visualiser au mieux les endroits arcachonnais évoqués si vous ne vous y êtes jamais rendus.

Comme évoqué ci-dessus, nous avons avancé « première partie » ; il est vrai que l’on pourrait scinder ce roman en deux parties distinctes : l’avant et l’après, sans pour autant qu’il y ait une brisure flagrante dans le déroulé de l’intrigue.

Sarah est une femme qui garde un certain caractère. Ce dernier se bonifie au gré de son évolution. Elle reste attachante, l’on se reconnait dans ses doutes et sa volonté de changer de vie quand l’on ne trouve plus son compte au quotidien. La question étant : y parviendra-t-elle ? Et, surtout, est-ce que retrouver sa féminité l’y aidera ? Oui, une féminité qu’elle a oubliée, laissée de côté. Elle ne sait plus ce que c’est véritablement. Elle ne la retrouve que parfois dans ses fantasmes nocturnes. Ces rêves sont-ils une clé ? Un message que son inconscience tente désespérément de lui faire passer ? Ce séjour dans le Bassin d’Arcachon pourrait lui permettre d’y voir plus clair, à son corps défendant.

« Vacances » riment de temps en temps avec « rencontres ». Sarah qui est si habituée à sa solitude la verra chamboulée par tous ces visages qui croiseront sa route, certains pour s’ancrer dans sa vie, d’autres pour n’y être que de passage. Parmi eux, des femmes, dont Chloé — un phare dans la nuit, pétillante, pleine de joie de vivre —, mais aussi des hommes. Des hommes susceptibles de drastiquement modifier la perception de Sarah, sa vision de l’amour et de la sexualité. Encore une fois, nous préférons ne pas les nommer, protégeant les différents effets de surprise, les espérances ou encore les déceptions au cours de la lecture. Chacun aura un impact différent sur l’héroïne.

Cet impact perdurera-t-il par la suite, une fois que Sarah sera de retour sur Paris ?

Les scènes érotiques sont — l’on s’en doute — présentes, mais un point est à noter : Robine Valdoste a réussi à ne pas les noyer sous la vulgarité ni à en faire des pages et des pages interminables. C’est parsemé, aéré, jamais long et sans être grossier. Certaines sont réfléchies pour, encore une fois, impacter Sarah et lui faire prendre conscience de quelques aspects, tant dans sa psyché que dans son corps.

Comment toute cette histoire finira-t-elle pour Sarah ? Est-ce qu’elle réussira à évoluer tant et si bien qu’elle ne s’étouffera plus dans ses vieilles habitudes ? Ou ces différentes prises de conscience la convaincront-elle que, finalement, sa vie n’est pas si mal ?

Et si un homme faisait tout basculer ? Mais lequel ?

La porte des sens est un agréable roman érotique, susceptible de vous faire passer un bon moment, qu’importe les saisons. Il est aisé de s’identifier à Sarah et de fantasmer sa vie et sa sexualité aussi. Au-delà de cette quête de soi et de sa féminité, de sa propre compréhension et de ses résolutions, c’est un roman qui peut conforter les femmes dans leur volonté de s’affranchir et de s’accepter. Accepter leur individualité, leur sexualité, leur féminité, leur indépendance…

 

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.