Historique, Romance

Indomptable Aquitaine d’Aurélie Depraz

Je remercie l’autrice pour ce service-presse et sa confiance.

Indomptable Aquitaine est le troisième roman historique d’Aurélie Depraz. Nous ne précisions pas « romance historique », mais vous comprendrez pourquoi au cours de cette chronique.

Vous pouvez retrouver l’avis de la Marmite sur ces deux précédents romans :

Pour l’amour d’une Sasunnach, une romance historique en Ecosse, au XIVème siècle.
L’amour, la mer, le fer et le sang, romance historique à l’époque des Vikings, à l’aube des grandes invasions sur les terres saxonnes.


Vous pouvez retrouver des articles complémentaires sur le site de l’autrice, pour mieux vous imprégner de l’époque d’Indomptable Aquitaine :

Contenu bonus pour découvrir l’univers du roman : tout plein de ressources pour poursuivre votre aventure au cœur de l’Aquitaine et de la Champagne médiévales 

Coulisses & making-of : pour connaître tous les secrets de la rédaction de ce roman !

Dessous des cartes : cartes géographiques pour mieux comprendre ce roman et tout savoir du duché d’Aquitaine, du comté de Champagne…

Précisions historiques : pour bien distinguer la réalité de la fiction…



Résumé

France, 1137

Après avoir longtemps guerroyé et fait prospérer l’économie de ses domaines, il est temps pour le comte de Champagne de se trouver une épouse. La belle Héloïse, fille du comte d’Angoulême, lui conviendrait tout à fait : elle est ravissante, racée et s’avère un excellent parti.
Mais les mœurs légères de la cour d’Aquitaine, au sein de laquelle la jeune fille a grandi, l’inquiètent. Pour éprouver la vertu et la droiture de sa future, Guillaume convient alors avec le père de la demoiselle d’un arrangement… plus que discutable. Un marché qui pourrait fort bien lui coûter l’amour de la jeune femme…
Un jeu entre désir, honneur, passion, amour et rancœur au temps des ducs d’Aquitaine et des comtes de Champagne…



Difficile de ne pas penser à Aliénor lorsque l’on évoque l’Aquitaine. Cette femme qui a marqué l’histoire de France et celle de l’Angleterre ; cette reine en avance sur son temps, qui a mis un coup de pied dans les traditions capétiennes. Celle qui a bouleversé des rois et royaumes.

Bons nombres de récits parlent d’elle, la mettent en scène, raconte une nouvelle vision de sa vie, romance son existence. La Marmite peut évoquer sa propre découverte et lecture de la collection « Les Reines de Sang », les opus consacrés à l’histoire d’Aliénor , mais aussi Le lit d’Aliénor qui a, la particularité, d’être traité du point de vue de sa dame de compagnie, Loanna de Grimwald.

Nous évoquons cette dernière série puisqu’Indomptable Aquitaine prend ce même parti, à plusieurs différences près.

Héloïse est en effet l’héroïne du dernier roman d’Aurélie Depraz et la suivante d’Aliénor. Par son biais, nous rencontrons la jeune duchesse, suivons de loin le « commencement », entendons au travers des regards externes les préjugés, les inquiétudes et opinions vis-à-vis d’Aliénor… et nous pouvons aussi découvrir de brefs échanges épistolaires entre Héloïse et celle qui deviendra la nouvelle Reine de France. Mais tout ne tourne pas autour d’Aliénor, l’Aquitaine se présentant quasiment comme un personnage concret du récit, un noyau qui reste et stagne entre les deux héros, Héloïse et Guillaume.

Aurélie Depraz nous plonge dans un récit plus historique que romance. Si dans ses précédents romans, la mise en place incluait des descriptions poussées pour permettre au lectorat de s’y retrouver et avoir les bonnes bases, ici, c’est constant. Les recherches sont bien plus fournies, nombreuses, pour nous proposer une histoire rythmée de descriptions très détaillées jusqu’au bout, même lors de l’épilogue. C’est un roman ludique qui met un point d’honneur à nous informer du mode de vie de l’époque, ce qui inclut : la mode féminine (tissus, styles en fonction des régions, jusqu’aux choix des couleurs), les différentes coupes (les femmes ne portaient pas les mêmes coiffures en Aquitaine qu’en Champagne, par exemple), le maquillage et les soins, l’hygiène de l’époque (qui met à mal les préjugés que la majorité peut entretenir sur l’époque médiévale), l’architecture, les ambiances d’une ville à une autre, le rôle de chaque personnage (maître d’écurie, intendant, ect), le fonctionnement des joutes … Une bonne partie se déroulant sur les routes (vous découvrirez pourquoi), c’est un kaléidoscope de découvertes, précisions, de noms, de faits historiques…

Finalement, même si la romance est là, elle est un facteur que l’on suit dans la narration historique. Nous nous concentrons peu sur de longues introspections, l’autrice allant à l’essentiel de ce côté-là. Si dans les précédents romans, l’historique sert la romance, ici, l’on peut avoir l’impression que la romance sert l’historique.

La confrontation entre un homme issu d’une cour monotone, à l’image du jeune Louis, malgré toutes ses appréciations des richesses orientales ou espagnoles, et celle d’une jeune dame qui a grandi dans le faste de la Cour d’Aquitaine aux couleurs vives, aux mœurs plus légères n’est pas sans faire des étincelles. Surtout, difficile de savoir si Héloïse épouse cette même légèreté qu’Aliénor, femme en phase avec ses désirs et qui n’hésite pas à prendre des amants.

Héloïse est une femme à la beauté indiscutable, mais à l’opposé de celle d’Aliénor. Si l’une est rayonnante, attirant l’admiration et le soleil par son extravagance, l’autre reste dans son ombre, plus discrète et réservée. Mais cela ne veut pas dire qu’Héloïse n’a pas son petit caractère : héroïne très butée et têtue, si elle est plus pondérée qu’Aliénor, elle peut avoir tendance à se révéler capricieuse. Mais ce ne sont que des défauts, vite contrebalancés par ses qualités diverses. Héloïse doit finalement réapprendre à s’affirmer et à penser par elle-même, s’émancipant ainsi des nombreuses années passées aux côtés d’Aliénor.

Guillaume est un comte et un chevalier très puissant, mais qui se démarque par sa simplicité et son authenticité. Homme à femmes, certes, il se dégage de lui une aura de confiance et d’autorité qui ne le rendent toutefois pas antipathique. Il instaure un certain équilibre dans le couple, ne sourcillant pas dès qu’il est confronté à la fureur d’Héloïse.

Tous deux connaissent, pour ainsi, un coup de foudre. Cependant, même si l’éclair est tombé, tout n’est pas si simple et cet amour fulgurant peut s’essouffler (ou, à l’inverse, s’accroitre) au fur et à mesure que les deux concernés apprennent à se connaître. Désillusion ou appréciation, grande déception ou admiration nouvelle… Caractères compatibles ou non. Entre Guillaume et Héloïse, la tension érotique va de pair avec une tension plus spécifique qui règne entre eux.

Les manigances de Guillaume pourraient mettre à mal la braise qui s’est embrasée.

La plume d’Aurélie est toujours aussi précise et intelligente, se dévouant à la crédibilité de son texte et de l’époque. De jolies phrasées en paragraphes plus décortiqués, la lecture est fluide et, comme dit précédemment, ludique.

Indomptable Aquitaine se démarque des précédents romans par sa qualité historique et le soin plus affirmé d’en ressortir toute la substance de l’époque. C’est un joli hommage à l’Aquitaine du XIIème siècle. Un voyage dans le temps, entre l’Aquitaine et la Champagne, auprès d’Héloïse et de Guillaume.

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.